Salaires 2014 : Michelin doit proposer à ses salariés des augmentations dignes de nos résultats !

En région:

La politique salariale pratiquée par la Direction Michelin ces dernières années est de plus en plus inégalitaire, que ce soit entre les différentes catégories de personnel ou au sein même de chacune d'entre elles.

Cela entraîne des disparités de salaires et une division entre les salariés. Désormais, l’individualisme prévaut au détriment de la coopération. Pour exemple, la mise en place des PPI et PPC dans les ateliers n’a fait que renforcer la politique égoïste et ingrate de l’entreprise en ajoutant une ch'tite carotte pour augmenter le rendement de chacun et surtout les profits de l’entreprise et des actionnaires.

Aux beaux principes que nous serine l'entreprise en valorisant l'esprit d'équipe, "Avancer Ensemble", les "teams building", le "bien-être" au travail, … s'oppose le mode de rémunération choisi par Michelin, à savoir la seule reconnaissance individuelle. Les salariés ne sont pas d’accord et demandent plus d'équité. Ils refusent de voir se mettre en place un système duquel un trop grand nombre est exclu.

Il est aujourd'hui primordial d'envisager une réforme du système de calcul des mini-garantis qui ne veut hélas plus rien dire depuis des années. Actuellement, il est nécessaire d'utiliser une courbe de raccordement pour que les plus bas salaires ne soient pas inférieurs au SMIC.

La formule qui consiste à multiplier le coefficient par la valeur du point mensuel pour obtenir le taux horaire garanti est inefficace jusqu'au coefficient 215 ! Sachant que le coefficient maximal de la catégorie agents est 240, ce calcul n'a plus aucun sens.

Un sérieux coup de pouce aux bas salaires s'impose, ainsi qu'une réelle Augmentation Générale pour tous.

Documents: 
Fichier attachéTaille
tract_salaires_et_cval_2013_v0.pdf509.95 Ko